Juste une mise au point

Bonjour les gens,

Aujourd’hui, article écrit en direct. Là. Tout de suite. Maintenant. Parce qu’hier soir, j’avais la flemme. Un taux de nonchalance plus haut que d’habitude. Exceptionnel. Le pied traînant et frottant le sol comme une râpe à fromage. La faute à mes Converse fatiguées, affaissées, surexploitées. Les bras ballants. Se balançant au gré des vents. Mous. Comme sans ossature. Le visage inexpressif. Vidé d’émotions. L’énergie étant partie faire la fête avec mon esprit en laissant ma peau, mes os et mon sang en carafe. Comme une jeune fille se faisant poser un lapin lors de la soirée du bal de promo. La pauvrette en robe du soir. Maquillée comme la prostituée à caravane de la nationale menant au Centre Commercial de Claye-Souilly. Attendant dans le couloir de sa maison de banlieue. Les parents devant la télévision, jetant de temps à autre des regards inquiets dans sa direction… Tout ça pour dire qu’hier soir, je n’avais pas envie d’écrire. Je n’avais envie de rien. Mis à part regarder des épisodes de House en version française. La version avec les voix moches. Parce que j’avais également la flemme de lire des sous-titres. Lamentable. Et manger des Tendres Moments de Milka à la mousse de lait. Autant le dire tout de suite : une soirée extrêmement constructive. Une soirée de fabrication d’empire. Empire de rien. Empire du vide. Disons, pour résumer et surtout pour conclure ce paragraphe sur mes états d’âme nocturne, que sur une échelle de 1 à 10 mesurant la nonchalance de l’humanité, je me situais à… Allez, soyons fou… à 8. Bon niveau quoi.

Alors ! Pourquoi viens-je vers vous en ce jour béni ? Béni car nous sommes vendredi et que vendredi est le réveillon du week-end. Un réveillon hebdomadaire qui plus est. Mais pas que. Aujourd’hui, j’ai deux nouvelles à vous apprendre. Et deux photographies à vous montrer. Encore une fois, c’est un bon repas complet que je vous sers. Entrée. Plat. Dessert. Et même un petit expresso avec « son » spéculos. Je mets « son » entre guillemets car dans certains cafés parisiens, c’est précisé. Le café viendra accompagné de « son » spéculos. L’équivalent de « son » mari pour les épouses. De « son » enfant pour les parents. De « son » poisson rouge pour les dépressifs. Revenons à nos bêtes à cornes.

Deux nouvelles. Classons-les par ordre d’importance. Je prends mon temps. Je réfléchis. Pour se faire, je regarde mes collègues de bureau qui comme moi, font extrêmement bien semblant de travailler. Je pense notamment à  celle d’en face qui a toujours le même dossier ouvert depuis 5 jours. A la même page. Quand le chef avec sa couronne de plumes débarque dans l’embarcation audiovisuelle, elle tourne les pages avec étude. Ne répond pas tout de suite à ses questions… Ben oui ! L’idée étant de sous-entendre que sa concentration est si forte qu’elle n’en sort pas avec facilité. Cette fille est mon quasi-maître à penser de la glande… Ca y est ! J’ai trouvé le bon ordre. Pour mes deux nouvelles. C’est parti mon kiki. J’aime bien cette expression. C’est très années 80. Cela me donne envie de me trouver un t-shirt jaune fluo et de le fourrer dans mes jeans Levi’s 501. Tout en mangeant une barre de Mars devant un monastère. De croiser les « filles à la vanille » et les « gars en chocolat ». De faire des « shake milkshake ». En criant des « Hey les mecs ! C’est Top ! C’est Top Gun ! ».

Hum. Pardon. 3ème égarement de l’article. Je me reprends. Promis, je vais jouer la carte de la linéarité. De la simplicité. De la classe et de l’élégance. Pas moi quoi.

Nouvelle numéro 1. La nouvelle la plus sérieuse. La plus importante. La plus triste pour certains. Ici, sur ce blog, les choses vont changer. Car les choses changent les enfants. Il faut savoir improviser. Désormais, à la place de 5 billets hebdomadaires, vous en aurez… Suspense qui fait des chatouilles dans le ventre… Suspense qui fait des piqures de moustique sous les bras… Suspense qui fait des claquettes… Suspense qui fait des roulements de tambour… Suspense qui fait des hurlements de loups face à la pleine lune… Suspense insoutenable donc… Vous en aurez… 2. Oui certains diront que c’est une sacrée réduction du temps de travail. Mais comme je vous le dis souvent : je suis maître dans mon château. Car mon blog est un château où je vis comme une princesse. Et une princesse, ça porte des robes. Ça dort jusqu’à midi. Ça a une tripotée de serviteurs à sa disposition. Une collection de diadèmes et de serre-têtes pailletés. Et surtout, une princesse, ça fait ce que ça veut. Voilà. La princesse par accident va ralentir le rythme. Puisque j’entends mes millions de fans pleurer et se jeter contre les murs en se battant le visage sans retenue, je vais répondre à leur interrogation commune et désespérée : pourquoi ? J’ai plusieurs raisons. Voici la liste.

1/ Je veux une augmentation et le grand chef à coiffe à plumes me la donnera pas si je continue à écrire quotidiennement un blog où je vante les bienfaits de la fainéantise et de la négation de l’effort. Soyons réaliste. Ce serait comme de donner de l’argent à un mendigot de RER qui serait mieux habillé que vous et porterait un foulard Hermès. Ou de nettoyer les carreaux tout en sachant qu’il va pleuvoir le jour même. Bref. Je ne suis pas sûre que ces métaphores soient claires en fin de compte. Peu importe. Pour synthétiser et faire dans le concret : si je veux me payer la collection complète des vinyles de Claude François époque SLC Salut les Copains, je dois montrer plus de cœur à l’ouvrage lorsque je suis mise en boite.

2/ J’ai un autre projet. Chuchotements et messes basses de part et d’autres. Mais quel est ce projet ? Pourquoi elle ne m’en a jamais parlé ? Sommes-nous vraiment amis ? Tu sais quelque chose toi ? Ben non… Moi non plus ! Attends j’appelle Yvonne ! Yvonne ? T’es au courant d’un nouveau « trip » de Cécile ? Non pas spécialement… Mais comment tu sais ça toi ? Ben je ne sais pas, j’ai entendu dire qu’elle allait ralentir la cadence de publication ! Arrête ? Si je te jure ! Putain, truc de ouf ! (Oui y’en a bien un qui dirait ça…)… Stop ! J’ai donc un « autre projet » dont je ne peux pas encore parler. Parce que c’est une « surprise ».  Et je n’aime pas gâcher ça. Surtout que ce n’est pas « ma » surprise. Je fais partie de la dite surprise. Je suis une des pièces constitutives du jouet se trouvant dans les œufs Kinder. C’est bat. C’est tout ce que je peux dire… à ce sujet.

3/ Je voudrais mieux écrire. Ecrire moins. Moins souvent. Réfléchir plus. Juste un peu plus. Faire des articles avec du sens à chaque fois. Car je suis bien consciente que mon blog est inégal à ce niveau-là. Par contre, ma contrainte d’écriture restera la même. Temps limité. Je ne vous l’avais jamais dit mais mes articles du jour sont écrits au chronomètre. Ce qui explique pourquoi vous avez parfois une impression de bâclage. De fini avec les pieds. J’aime bien me mettre des contraintes. Je trouve que d’une certaine manière, les obstacles, les barrières, les murs, les grilles, les ceintures de contention, tout ça… Ce sont des éléments qui aident à détourner son regard des idées fixes. Des répétitions. Des automatismes. Des sujets prémâchés. Prédigérés. La contrainte est le dernier espace de liberté en cas de manque d’inspiration. De mon point de vue. En tout cas, pour moi, ça marche. Donc… Voilà. 3 jours de congés pour une meilleure efficacité. Une meilleure lecture. Un meilleur moment passé avec moi. C’est là qu’intervient ma 4ème et dernière raison…

4/ Je veux créer de la dépendance… Ben ouais. Finalement, vous êtes nourris tous les jours. Avec de la nourriture faite maison. Avec des légumes biologiques. Achetés au marché biologique bourgeois de Saint-Maur. Sans pesticide. Cuisine au beurre. Cuisine aux fines herbes. Cuisine 3 étoiles. Résultat : un jour sur deux, j’ai peu de visiteurs. Un jour sur deux, vous ne touchez pas à votre assiette. Moi, ça me met dans la colère. La confusion. La peur. Le doute. Et je n’apprécie pas trop ça. D’avoir de la colère, de la confusion, de la peur et du doute en moi. Alors, j’ai décidé de prendre une mesure drastique. 3 jours par semaine, vous irez manger chez les voisins. Si vous avez de la chance, la maîtresse de maison sera de bonne composition. Sinon vous aurez droit à du surgelé et  à du thon en boîte. Ca fera moins les malins. Vous serez en manque. Vous m’attendrez. Et puis c’est tout.

… Aaaaah j’oubliais !! Les jours de publication ! Ce sera… Bon j’arrête le suspense. En plus, cela ne fonctionne pas par écrit. Comme les bruitages. Ou les odeurs. Bref. Les jours de publication seront… le mercredi et le vendredi. Encore une fois, pour beaucoup de raisons. La première et la principale étant parce que ce sont les deux seuls jours finissant par « -di » avec 3 syllabes. Ne me demandez pas « Et alors ? »… Je ne sais pas ! Le mercredi est le jour des enfants. C’est également une bonne raison. Le vendredi est comme je le disais le jour de la délivrance. Le jour de la libération des esclaves hébreux d’Egypte. Le jour de l’armistice. Sympathique ce mot. Armistice. Quand j’étais petite, je trouvais que ce mot ressemblait à un nom de gâteau. Un gâteau à glaçage blanc. Le mille-feuilles aurait pu s’appeler l’armistice. Après tout, il y en a bien un qui s’appelle l’Opéra. Alors pourquoi pas.

TOUT CA POUR DIRE QUE LES PUBLICATIONS DE CE BLOG DEVIENDRONT BI-HEBDOMADAIRES. LES BILLETS APPARAÎTRONT LE MERCREDI ET LE VENDREDI. A L’HEURE DE l’APERITIF. COMME D’HABITUDE. A DEGUSTER AVEC UN MARTINI ET DES OLIVES. NORMAL.

… Nouvelle n°2 du jour. Et non des moindres. Je voulais annoncer solennellement que la semaine du 15 février 2010 est un miracle de Noël. En effet, la ligne A du RER n’a compté absolument aucun retard matinal. Zéro. Nada. Que dalle. Sur 5 jours de travail, 5 jours de retard. Mais pas à cause du RER. Ce qui me provoque – encore une fois – de la joie de vivre. Euh… C’est tout. Oui c’est une courte nouvelle. Au début, je ne voulais pas en parler. J’ai réfléchi et je me suis trouvée injuste. Il faut toujours noter les efforts des cancres. Je le fais. Néanmoins, pas envie de m’étaler trois plombes. Passons aux photographies « barnesques » du jour…

Photographie n°1 : Viala l’héroïque enfant

… Aucun commentaire particulier. C’est une « moche photo ». Cela dit, c’est une « bizarre plaque » également. Depuis quand dit-on une « héroïque personne » ? Ecrit-on « Vous êtes une intelligente personne » ? Non. On dit : une photo moche. Une plaque bizarre. Vous êtes une personne intelligente. Merci beaucoup. De rien, je le pensais. Hum. Hum. Photographie pour dire que la mairie de Saint-Maur-des-Fossés fait des fautes de syntaxe sur la voie publique et que j’en suis outragée chaque jour que D-ieu fait. Heureusement que j’ai mon blog pour en parler. Sinon, j’aurais probablement fait une opération commando à l’Hôtel de Ville. J’aurais descendu tout le personnel et aurais foutu le bordel dans les demandes de passeport. Pour pourrir les vacances des gens. Evidemment, après, je me serais suicidée. Question de principe. Oui c’est nouveau j’ai des principes sordides. Et sanglants. Rire sardonique qui inspire la terreur. Qui essaie d’inspirer la terreur. En tout cas. Allez hop… Next !

Photographies n°2 et 3 : Je m’en tamponne

… Trouvé dans ma société bellevilloise. Un tampon des années 90. Incroyable pièce Vintage. La date la plus récente est le 39 décembre 1999. Epoque où je portais les lunettes rondes à monture de fer marron. Des pulls capuches. Des jeans Engineered affreux. A coupe tournante. A coupe qui n’allait à personne. Epoque où je traînais déjà de la savate pour me déplacer d’un point à un autre du monde. Le monde étant à ce moment-là le lycée. Les 3 étages. Les salles de biologie qui sentent l’aquarium sale. Les professeurs d’économie qui se grattent les parties à l’aide du coin de votre table. Les carnets de liaison bleus. Les pions tyranniques. Le 39 décembre 2009. Date à laquelle je ne peux pas bien dire ce que je faisais. Souvenir flou dans ma tête… Quelqu’un peut-il éclairer ma lanterne ?? Non ?

Je vais m’arrêter pour aujourd’hui les enfants. Je vous souhaite un excellent week-end. Et si vous n’avez pas le moral, n’oubliez pas que Cécile (par accident… certes) vous trouve magnifiquement désirables.

A mercredi les gens !

C.P.A.

Une Réponse to “Juste une mise au point”

  1. Je me vois dans l’obligation de démentir, je ne peux laisser passer une telle chose sans m’indigner, et je tiens à le rectifier haut et fort : non la semaine du 15 février 2010 ne fut point un miracle de Noël (ou alors seulement pour certaines, ce qui finalement prouverait que ça pourrait bien êtr eun vrai miracle de Noël, mais là je m’égare), et oui la ligne A du RER a compté des retards matinaux.
    Voilà, c’est rectifié, je ne pouvais pas aller commencer ma soirée ainsi, je commençais à avoir des sueurs froides…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :